Qui veut aller loin ménage sa monture

 

Vous avez probablement déjà remarqué que j’adore les vieux proverbes, pleins de sagesse populaire !

Qu’est ce qui conditionne votre réussite en trading ? Votre compétence, vos outils, et votre comportement.

Et quels sont les différentes influences sur votre comportement ?

L’environnement : vous allez réagir en relation avec ce qui se passe autour de vous

Votre physique : êtes-vous en forme ? Avez-vous une vie saine ? Quelle attitude physique adoptez-vous ?

-Votre état interne : vos émotions conditionnent la vision de que avez du monde et vos actions

Comment donc faire en sorte que votre état interne vous serve plus souvent qu’il ne vous desserve, que votre vision du monde soit porteuse et motivante ?

La réussite appelle la réussite car vous êtes mis en confiance par vos résultats ; à l’ opposé, lorsque vous vivez des pertes, la peur va engendrer des comportements négatifs. Dans cette approche, c’est le résultat qui crée l’état interne .Hors ; nous le savons tous, le résultat en trading ne dépends pas de nous. Ainsi, on remet plus ou moins au hasard l’enjeu énorme d’être intérieurement dans de bonnes conditions de travail.

Je vous propose donc de prendre cette question dans l’autre sens, car, au fond, la boucle est bouclée : l’état interne crée l’action qui engendre un résultat qui lui-même influe sur l’état interne. Que vous commenciez par l’une ou l’autre de ces étapes, cela n’en reste pas moins une boucle.

Détachez-vous donc du résultat pour vous focaliser sur l’action, car vous maitrisez vos actions. Si votre but est de respecter une stratégie et d’augmenter votre compétence, alors, votre fierté ne dépendra aucunement du résultat obtenu.

Et ce qu’il y a de super avec cette méthode, c’est que le résultat va suivre machinalement car vous aurez soigné les moyens d’y parvenir.

Pour voyager loin, ménagez donc votre monture ! Soignez ce que vous êtes afin d’avoir la force de recommencer chaque jour. Votre capital émotionnel a ses limites et vous en avez besoin autant que de votre capital financier pour gravir les marches !

Pour illustrer cette approche : une fable : « Le Laboureur et ses fils » Jean de la Fontaine

Travaillez, prenez de la peine :
C’est le fonds qui manque le moins.
Un riche Laboureur, sentant sa mort prochaine,
Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins.
« Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l’héritage
Que nous ont laissé nos parents :
Un trésor est caché dedans.
Je ne sais pas l’endroit ; mais un peu de courage
Vous le fera trouver : vous en viendrez à bout.
Remuez votre champ dès qu’on aura fait l’oût :
Creusez, fouillez, bêchez ; ne laissez nulle place
Où la main ne passe et repasse. »
Le père mort, les fils vous retournent le champ,
Deçà, delà, partout….
si bien qu’au bout de l’an
Il en rapporta davantage.
D’argent, point de caché. Mais le père fut sage
De leur montrer avant sa mort
Que le travail est un trésor.

Patience est mêre de sureté.

En dehors de mon activité de coach et de trader, je suis aussi chef d’entreprise. En ce moment je suis en cours de cession d’une entreprise qui exploite une centrale solaire photovoltaïque, et cette cession me renvoie à un thème cher au trading et que je n’ai pas encore traité à ce jour: la patience.

 Le vieil adage dit : « Patience est mère de sûreté »

Les vieux proverbes recèlent une sagesse qui est celle du bon sens. La patience est en effet une des rares vertus indispensables à l’esprit d’entreprise ou au trading. Mais pourquoi est-elle si nécessaire ? Je travaille en scalping et il n’est pas rare que mon marché passe des heures longues et pénibles dans un range. Alors, quelle est la meilleure attitude à adopter quand les marchés ne me donnent pas les signaux  nécessaires à une prise de position conforme à ma stratégie ? La réponse semble évidente sur le papier. Mais l’est-elle lorsque vous êtes seuls et impatients devant votre station de trading ?

À votre avis, quelle est la meilleure attitude à avoir devant une situation qui n’est pas adaptée à votre stratégie, êtes-vous prêt à laisser le hasard choisir de vos gains ? Est-ce qu’il faut « tenter le coup » au mépris des règles et jouer à pile ou face entre le gain et la perte ? Là aussi la réponse est évidente !

Autre point important dans la notion de patience : être trader amateur doit impérativement signifier que les gains de nos trades nous aident à préparer l’avenir et non à répondre à nos besoins du présent. En effet, si vous avez absolument besoin de faire des gains aujourd’hui pour manger ou pour vous loger vous êtes un trader mort ! Notre activité doit uniquement nous aider à préparer l’avenir, car nous devons prendre de la distance avec les événements immédiats. Une perte n’est qu’une perte parmi une infinité de transactions, quelques heures passées devant sa station sans prendre de position font partie du travail, cela ne doit pas être frustrant car c’est un impératif pour gagner.

Ainsi, vous pouvez vous donner le luxe d’être patients et ce luxe est une des conditions indispensables à la réussite.

De la même manière, hier, un client m’a demandé ce que j’entendais par « performance », gain ou respect de stratégie. J’en profite pour donner cette réponse à vous qui me lisez : être performant signifie respecter sa stratégie (longuement éprouvée) et son money management, car lorsque vous faites une « performance » hors stratégie, vous pariez, et je n’appelle pas cela de la performance mais un coup de chance qui peut vous être grandement préjudiciable par ce qu’il vous apprend. Ainsi, si vous faites un gain en étant sortis de votre stratégie, il n’y a pas 50 réactions porteuses à avoir, il y en a deux : étudier votre stratégie et éventuellement la modifier si vous estimez que c’est nécessaire ou pleurer sur votre sort car la leçon que vous aurez tiré ne vous apportera rien de bon à long terme !

 Comment cultiver votre patience pour augmenter votre performance ?

– La première étape est de prendre de la distance par rapport à votre objectif journalier : votre travail de trader est un travail de longue haleine, l’important n’est pas de gagner aujourd’hui, l’important est de conserver de bonnes dynamiques de comportement afin de pouvoir vivre confortablement de votre activité sur du long terme. C’est une course de fond et pas un sprint.

– Ensuite, et même si ce n’est pas toujours évident il faut savoir faire preuve d’une grande honnêteté avec soi-même. Identifiez les fois où vous tradez avec impulsivité, où vous réagissez mal à la perte, où vous adoptez une attitude de joueur.

– Troisième étape, quand vous sentez l’impatience vous gagner, arrêtez de trader. Passez à autre chose car l’impatience ne vous aidera pas dans vos performances. Relaxez-vous, respirez profondément, ancrez en vous le lâcher prise et la distance.

– Enfin, quand vous vous sentez serein et libéré des émotions nocives regagnez votre station avec la ferme intention d’avoir la patience nécessaire d’attendre la configuration qui répond à votre stratégie.

Faites des pauses régulières car le trading est une activité qui mobilise beaucoup de vos ressources personnelles et si vous ne prenez pas le temps de ménager votre capital émotionnel, si vous entamez trop votre être profond vous retomberez immanquablement dans des comportements nocifs. Vos prises de décision seront donc dictées par de l’irrationnel et vous devez fuir l’irrationnel.

Pour finir, et parce que j’aime bien les classiques, je partage avec vous une fable de La Fontaine qui nous rappelle que la patience a toujours été une des pièces maîtresses d’un comportement adéquat :

Le Lion et le Rat

Il faut, autant qu’on peut, obliger tout le monde :

On a souvent besoin d’un plus petit que soi.

De cette vérité deux Fables feront foi,

Tant la chose en preuves abonde.

Entre les pattes d’un Lion

Un Rat sortit de terre assez à l’étourdie.

Le Roi des animaux, en cette occasion,

Montra ce qu’il était, et lui donna la vie.

Ce bienfait ne fut pas perdu.

Quelqu’un aurait-il jamais cru

Qu’un Lion d’un Rat eût affaire ?

Cependant il advint qu’au sortir des forêts

Ce Lion fut pris dans des rets,

Dont ses rugissements ne le purent défaire.

Sire Rat accourut, et fit tant par ses dents

Qu’une maille rongée emporta tout l’ouvrage.

Patience et longueur de temps

Font plus que force ni que rage.

L’humour : votre bouclier!

De quel équipement auriez-vous besoin pour entrer dans une arène et mener un combat de gladiateurs?

Auriez-vous l’idée d’y rentrer sans bouclier ?

La comparaison peut paraître douteuse, j’en conviens. Toutefois le trading est bien un combat ! Un combat contre vos propres démons, un combat contre les autres traders, un combat contre les robots. Nous devons bien garder à l’esprit que ce que l’un gagne l’autre le perd.

Je répète donc ma question, auriez-vous l’idée de rentrer dans une arène sans bouclier ?

Je n’aborderai pas dans cet article la question des armes sur laquelle je reviendrai plus tard ; je vais par contre développer une technique précise et assassine de défense qui tient en un mot : l’humour.

Quel avantage l’humour vous donne-t-il dans votre activité de trader ? La liste est tellement longue que je vais me contenter de vous donner quelques pistes qui sont à mon sens les plus importantes:

Digérer une perte :

Pour ceux qui ont téléchargé mon premier e-book (si ce n’est pas fait dépêchez-vous de le faire sur le formulaire qu’il y a à votre droite !) Vous avez déjà lu les différentes réactions nocives que vous pouvez avoir face à la perte. La colère, l’évitement, la tristesse… Il existe tout un panel de réactions qui vous desservent. Grâce à l’ancrage émotionnel vous êtes aujourd’hui équipé d’un moyen simple pour vous détacher de cette émotion primaire.

L’humour vous permettra d’aller un cran au-dessus, je m’explique, la technique de l’ancrage vous permet de retrouver votre calme, si on prend une échelle vous étiez donc à moins deux et vous êtes passé à zéro. L’humour vous permettra de passer de zéro à plus trois.

Vous avez fait une perte, vous êtes par exemple en colère, vous retrouvez votre calme, et vous prenez une distance riche d’analyse grâce à l’humour.

Apprendre de vos erreurs :

L’humour est l’outil le plus agréable pour prendre de la distance, pour dédramatiser une situation qui, au bout du compte, n’a rien de dramatique ! Vous faites une perte, quelle conséquence cela va avoir sur votre vie ? Où sera cette perte dans six mois ou dans un an ? Si cette perte engendre des comportements destructeurs elle peut être le début de la fin. Si, après cette perte, vous pouvez retrouver votre calme, à part l’impact financier immédiat, elle n’a aucune incidence réelle.

Si vous parvenez à prendre de la distance sur cette perte, à en rire, et donc à caricaturer les travers qui vous y ont amené, alors cette perte vous apportera bien plus que n’importe quel gain : l’enseignement, la connaissance de vous-même, la capacité à passer un bon moment dans une situation que vous qualifieriez de mauvaise.

Vous mettre en condition pour gagner :

Si vous parvenez à prendre assez de distance et de recul pour rire de vos erreurs ; cela signifie aussi que vous avez la capacité d’en tirer des leçons. De plus la décontraction que nous offre l’humour nous donne des conditions optimales pour gagner. Sans compter que votre activité sera moins stressante, l’humour vous permettra d’économiser vos ressources émotionnelles et sera donc un allié fiable vers votre réussite.

Tout ceci est bien joli, mais comment développer votre sens de l’humour ?

Il n’y a pas véritablement de technique psychologique et mentale pour développer son humour.

J’ai eu beau chercher, demander à des confrères compétents, la réponse est unanime : une seule manière nous est aujourd’hui connue pour développer notre humour : en consommer !

Il faut dire qu’il y a certains outils moins plaisants que celui-ci à pratiquer! Alors demandez-vous quelle place accordez-vous à l’humour dans chacune de vos journées ? Quelle radio écoutez vous, quelles émissions regardez-vous, quel positionnement relationnel avez-vous avec vos amis et surtout pratiquez-vous l’humour chaque jour ?

Si vous n’écoutez que France Inter, ne regardez que BFM TV, et ne parlez que de graphs avec vos amis ; alors je suis désolée et, sauf votre respect, il faut faire quelque chose !

Assistez à des spectacles, écoutez Rires et Chansons, regardez des comédies potaches, faites des blagues ridicules, bref contactez la personne en vous qui aime le rire et la légèreté. Car nous avons chacun en nous la capacité d’être tantôt graves et tantôt légers. Et n’oubliez pas que la légèreté est un excellent investissement pour votre capital émotionnel.

C’est pourquoi je vous invite à partager des blagues fines et légères sur le monde du trading dans la partie commentaire !

Et pour lancer la danse, je commence :

« Un trader à la bourse de Paris s’entend demander par son jeune fils :

– Papa, qu’est-ce que c’est que l’honnêteté ?

Le père lui dit :

– Suppose qu’un investisseur financier me donne un capital à placer de 1 million d’euro et qu’en quelques semaines, tout parte en fumée. Ça arrive des fois quand le marché est à la baisse.

Eh bien l’honnêteté, c’est de prendre une commission de 50000 euro au lieu de 150000 euro ! »

 

La motivation d’aujourd’hui et la performance de demain…

Comment entretenir la motivation face à l’adversité ? Qui n’a jamais eu des périodes de découragement ? Qui n’a jamais eu des idées noires face aux obstacles ou face aux échecs ? Qui n’a jamais douté de sa capacité à remplir ses objectifs ?

La réalisation d’un projet ne se fait jamais sans imprévu et sans obstacle. Lorsque vous commencez à trader, l’avenir vous appartient ; vous allez réussir c’est certain ! Vous vous formez, vous vous entrainez, vous préparez une stratégie, bref vous mettez toutes les chances de votre côté pour devenir un grand trader ou  pour vous créer un complément de revenus ; bref  il n’y a aucun doute vous parviendrez à votre objectif !

Mais le chemin est souvent semé d’embuches. En cours de route vous vous rendez compte que les compétences à obtenir sont énormes, que vous avez des difficultés à gérer votre comportement, que vous vivez très mal les pertes.

De telles périodes de doutes et d’obstacles sont un frein à votre motivation, mais c’est toutefois une donnée à prendre en compte car c’est inévitable. Aucune réussite ne se fait sans peine.

En PNL, il existe une technique de visualisation qui permet d’entretenir la motivation et qui aide à prendre en compte les freins rencontrés avec plus de distance. Je vous propose donc la démarche suivante :

  • Pour commencer prenez le temps de vous imaginer dans cinq ans.

Regardez-vous de l’extérieur, vous ne vivez pas cette vie vous en êtes spectateurs. Vous vous voyez de l’extérieur dans votre famille, dans votre travail, avec vos amis, dans vos hobbies, dans votre lieu de vie…
Soyez précis, cette personne que vous voyez et qui n’est autre que vous-même, comment se comporte-t-elle ? Comment se sent-elle ? Que vit-elle au quotidien?
Si aujourd’hui vous n’avez pas d’objectif précis, n’hésitez pas à envisager plusieurs scénarios. Souhaitez-vous privilégier une vie simple avec votre famille, vos amis, et vos distractions ? Ou au contraire avez-vous une grande ambition professionnelle, un grand besoin d’accomplissement individuel ?
Prenez soin d’être cohérent, si par exemple vous vous voyez globe-trotter et que vous êtes aujourd’hui célibataire et sans enfant, serait-il envisageable que vous soyez en même temps le patriarche d’une grande famille ?
La vision que je vous demande donc d’avoir de vous-même dans cinq ans doit prendre en compte la réalité de ce que vous êtes et de l’environnement.

  • Ensuite remontez progressivement le temps.

Pour y parvenir, où en serez-vous un an plus tôt, deux ans plus tôt, trois ans plus tôt ?… Pour chacune de ces étapes, soyez précis et cohérent. Remonter dans le temps par rapport à votre objectif final va vous permettre de visualiser les étapes nécessaires pour y parvenir. Cela vous montrera aussi que les obstacles que nous pouvons rencontrer ne sont que des obstacles, et quun obstacle est fait pour être surmonté.

Votre projet de vie ne se fera pas sans vous !

Vous êtes le moteur de votre existence, ce petit exercice de PNL a la grande utilité d’inscrire nos projets ou nos rêves dans la réalité. Face à la réalité soit ils deviennent des fantasmes et ainsi vous pourrez les prendre comme tels : des rêves qui font du bien, soit ils deviennent des objectifs et ainsi ils méritent d’être réalisés grâce à un plan d’actions adapté.

  • Quand vous tradez, savez-vous exactement dans quel but vous le faites ?

Je me permets de donner un exemple personnel à faible enjeu, je sais que vous êtes en grande majorité des hommes, je vous prie donc de m’excuser pour cet exemple typiquement féminin, après tout, je ne vis que ma vie!
Pas loin de chez moi, il y a une bijouterie, et dans la vitrine de cette bijouterie il y avait un bracelet magnifique. J’avais largement les moyens de me l’offrir, mais à cette époque je commençais tout juste le trading en réel. Chaque jour je passais devant cette bijouterie au moins quatre fois et, à chaque fois que je passais devant je me répétais : « je m’achèterai ce bracelet lorsque j’aurai gagné en trading la somme nécessaire. » Il ne me fallut que neuf jours de trading pour dégager cette somme alors que j’étais débutante.
J’ai donc acheté ce bracelet, mais ce qui est très drôle, c’est que durant les deux jours qui ont suivi j’ai perdu sur le forex la moitié de ce que j’avais gagné !

Pourquoi je vous raconte cette petite anecdote ? L’enjeu était faible, ma vie n’allait pas être chamboulée par l’achat ou non de ce bijou, ce petit objectif à court terme était pourtant un moyen de tout mettre en œuvre pour accéder à la performance. Dès que je n’ai plus eu d’objectif clair mon comportement a changé, j’ai perdu de la vigilance et de la motivation, j’ai perdu de l’argent.

Je vous invite donc à utiliser la vision que vous avez de votre avenir comme motivation dans le présent. Cela aura un double impact : plus de motivation aujourd’hui, plus de chances d’y parvenir.

E-book :Gérez vos émotions!

Depuis quelques jours, mon premier e-book est disponible via le formulaire de page d’accueil.

Vus que la quasi totalité des blogs vous demande comme moi de rentrer votre adresse mail afin de télécharger les données, je vais vous résumer ici les idées phares afin que vous jugiez si oui ou non cela en vaut la peine.

L’ancrage émotionnel au service des traders

La première partie aborde les différentes émotions qui peuvent être préjudiciables au trading:

la colère

l’évitement

la culpabilité

la tristesse

l’abandon

Ces émotions, quand vous les ressentez sont là, les denier ou les occulter ne vous apportera pas de réponses satisfaisantes en terme de comportement. Vous ne deviendrez pas meilleur en niant leur existence, elles font partie de vous, c’est un fait. Par contre, vous pouvez prendre le contrôle sur ce que vous en ferez.

Le réflexe de Pavlov:

Ce scientifique a été a la base d’une méthode révolutionnaire pour maitriser les émotions destructrices : la méthode de l’ancrage, aujourd’hui fortement utilisée en PNL.

Notion d’ancrage en PNL

Vous y apprendrez comment utiliser la PNL pour dépasser l’émotion qui vous est préjudiciable. Trader en amateur est une activité stressante et surtout, solitaire. La prise de décision en solitaire est délicate et c’est bien cette compétence qui est indispensable aux traders.

Vous y découvrirez comment mettre au point un ancrage qui VOUS correspond, et pas des phrases toutes faites qui peuvent convenir a tout le monde , et donc, a personne!

Programmation mentale : exemple des sportifs

Les sportifs de haut niveau ont un mental d’acier devant l’adversité, il ne sont pas forcement nés résistants mentalement, ils le sont devenus; ils maitrisent une méthode simple pour garder de la force en eux.

La méthode que je vous propose n’est ni révolutionnaire, ni avant-gardiste. Je n’ai pas réinventé la roue et je ne suis pas une chercheuse en psychologie de pointe, mais juste une personne qui possède certains savoir-être et qui souhaite les partager au plus grand nombre.

A vous de juger, à présent si cette méthode mérite que vous laissiez votre mail dans ma liste…ou pas.

L’ego et l’échec

Un proverbe de sagesse populaire nous dit :

« Qui veut agir trouve des moyens, qui ne veut pas agir trouve des prétextes »

Pour la réussite, c’est pareil ! Celui qui réussit a un plan qu’il applique, qu’il adapte, qu’il peaufine. Il met son énergie dans l’action, dans l’apprentissage, dans la réflexion constructive et non dans la recherche des raisons qui peuvent le faire échouer.

Il est légitime d’échouer ; c’est vrai ! Il y a tellement de bonne raisons pour cela : c’est difficile, le système est biaisé, les news sont mauvaises, les marchés n’ont pas de tendance… Bla, bla, bla !

La question du jour est donc la suivante :

Quel est l’impact de l’échec sur vous ? Qu’est-ce que cela engendre concrètement ?

Voyons quelles sont les réactions les plus courantes à l’échec :

Destructrices :

L’auto-flagellation : Vous venez de réaliser une forte perte pour des raisons qui vous appartiennent. Vous êtes mal car vous avez perdu de l’argent et du temps et comme si ce n’était pas suffisant, comme si vous vous sentiez trop bien après cette épreuve, vous vous dites : « bah, tiens ; un petit coup supplémentaire sur mon égo, ça peut pas faire de mal ! » Alors commence votre dialogue interne qui vous explique à quel point vous êtes nul, que vous n’y arriverez jamais, que de toute façon, c’était couru d’avance…. Et j’en passe évidemment !

L’auto-flagellation va-t-elle vous permettre de regagner ce que vous avez perdu ? Va-t-elle vous permettre de prendre des décisions rationnelles ? Va-t-elle alléger votre souffrance d’avoir momentanément échoué ?

La colère : Le marché vous a donné tort ! Comment a-t-il osé le félon ? Vous ! Avec tout votre bagage, vos compétences, votre stratégie béton, le marché vous a attrapé par la cheville, vous a fait tournoyer dans les airs et vous a éjecté comme une vieille chaussette ! Mais, cela ne va pas se passer comme ça, parce que vous n’êtes pas une mauviette, vous êtes un homme, un vrai et il va voir ce qu’il va voir.

C’est alors le moment délicieux où vous ne contrôlez plus rien ! Votre colère se joue de vous, vous prenez des décisions irrationnelles, des prises de position hasardeuses, des décalages de stop loss, vous écumez et vous croyez sincèrement qu’à ce jeu-là, vous gagnerez. Comme vous êtes joueur ! Profitez bien du grand huit émotionnel car la descente sera morose !

La recherche du coupable : Quelle est drôle cette réaction, j’adore ! S’il y a une perte, il y a forcément un coupable, et c’est là que c’est marrant parce que le coupable, c’est rarement vous au début ! L’EA n’a pas bien fonctionné, ou on vous a mal formé, la stratégie qu’on vous a donné est mauvaise, etc… Tout ceci est peut-être vrai ; là n’est pas la question !

Ce qui importe, c’est votre place dans ce processus ; si le coupable est ailleurs, vous êtes alors une victime et si vous êtes une victime, vous n’avez pas le pouvoir de tirer les enseignements riches pour l’avenir. Du coup, non seulement vous avez réalisé une perte, mais en plus, vous avez perdu les manettes de votre vie. C’est dommage !

L’abandon : Là, c’est sûr, le trading, ce n’est pas pour vous ! De toute façon, les dés sont pipés, toutes ces pubs sur le forex, c’est du vent. Un amateur se fait toujours pigeonner par les marchés, vous en avez assez ; c’est la perte de trop !

Cette réaction peut être saine, il est en effet possible que cette activité ne vous convienne pas, mais cette décision doit être prise avec un certain recul. Si l’abandon n’est pas raisonné, ferme et sincère ; vous continuerez à vivre avec l’hypothèse qu’un jour peut-être… J’imagine que, pour vous comme pour moi, votre temps est l’unique ressource sur laquelle vous n’avez aucun pouvoir ; alors, utilisez-le à bon escient. Aucune décision rationnelle ne peut être prise juste après un échec !

Avant de continuer ; je souhaite tout de même vous dire que j’ai expérimenté la totalité de ces réactions destructrices. Et si j’en parle avec dérision, et sourire, c’est parce que je ressens encore en moi le souvenir de ces réactions totalement inadaptées pour lesquelles j’ai beaucoup de tendresse. En effet, échouer c’est difficile, mais ce qui l’est encore plus ce n’est pas ne pas utiliser son échec pour devenir meilleur, pour apprendre et pour grandir.

Constructrices :

Vous êtes donc seul devant votre station et vous venez de réaliser une perte importante. Vous êtes sonné comme un vieux boxeur qui se relève après un KO de 30 sec. Comment tirer parti de ce moment délicieux?

– En premier, passez à autre chose, le temps qu’il faut pour réfléchir à la situation la tête froide. Faites tout ce que vous voulez, sauf du trading. Fuyez votre bureau, lieu où vous venez de vivre un traumatisme (je choisis volontairement ce terme qui ne me semble pas trop fort !). Allez où vous voulez, mais sortez de ce bureau !

– Durant un temps indéterminé, vous allez digérer votre perte. C’est-à-dire vous allez intégrer cette perte comme quelque chose de normal et l’accepter en tant que telle, vous allez sortir de l’affect et réfléchir à ce qu’il s’est passé sans vous auto-flageller mais juste en analysant, lointain, si vous auriez pu éviter cette perte en vous comportant différemment. Et pendant toute cette période, aussi longue soit-elle, vous ne devez pas trader. Il est possible aussi que cette perte soit « légitime », j’entends par là que vous n’avez pas fait d’erreur de stratégie ni de comportement, cette perte est un « dégât corollaire » à votre activité.

– Une fois la perte digérée, vous allez réfléchir à ce que vous auriez pu faire pour l’éviter afin de ne pas commettre une autre fois cette même erreur. Si elle est imputable à votre stratégie ou à votre MM, adaptez-le. Si elle est imputable à votre comportement, prenez-en conscience et créez des alarmes internes pour ne pas le réitérer.

Personne n’aime essuyer un échec, pourtant, souvenez-vous que nos échecs peuvent nous pousser à nous surpasser et à dépasser nos limites afin de nous hisser, jour après jour vers notre optimal. Les plus grands traders de la planète ont été ruiné parfois plusieurs fois, leur force réside dans la capacité à en tirer enseignement.

Focalisation de l’attention sur les étapes et non le résultat

 

Comment se servir du passé pour enrichir notre présent ? Que faire pour que nos réussites ou nos échecs ; nos peurs ou nos envies soient le plus possibles à notre service ?

Sans rentrer dans les détails de notre relation avec notre maman, car là n’est absolument pas le but,  revenir sur notre expérience peut réellement enrichir notre travail de trader, et surtout nos résultats !

Essayez donc de revenir sur vos expériences pro, associatives, montage de projets (hors trade etc…) ; tout ce qui vous a demandé de mettre en place un plan élaboré, une stratégie ; et pour chacune de ces expériences, décortiquez ce que vous avez fait et quels résultats vous avez obtenus.

N’oubliez pas que les mêmes causes engendrent toujours les mêmes effets, nier cette évidence est un déni qui vous sera grandement préjudiciable dans vos trades ! Votre vie vous a déjà apporté très probablement la majorité des réponses dont vous avez besoin, alors, peut-être serait-il bon d’aller les chercher ?!

Je vous propose donc de prendre immédiatement 30 minutes, pour revenir sur 2 expériences distinctes et significatives de votre vie. Choisissez une expérience de réussite et une expérience d’échec et repassez-vous le film. Qu’est-ce qui a fait pencher la balance ? 

Le but n’est évidemment pas de vous mentir à vous-même, de soigner votre égo ou de vous trouver des excuses. Dans cet exercice que je vous propose, soyez pragmatique (les traders aiment bien ça non ?), donnez des faits, des comportements, et analysez-vous profondément. Essayez d’avoir le regard le plus lointain, le plus dégagé possible. Soyez le spectateur de ces expériences, vivez-les de l’extérieur.

Le but de ce flash-back n’est pas de se perdre dans ces pensées ou de se regarder le nombril, le but est d’identifier ce qui dans le passé a généré ou non de la réussite et de s’en servir dans votre travail de trader.

Je vous invite à vous cadrer dans cet exercice. Donnez-vous un temps limité, 10 à 20 minutes par expérience et posez-vous les questions suivantes :

– Dans quel but ai-je voulu faire cela ?

– Étais-je motivé ?

– Mon but était-il clair ?

– Ai-je mis en place une stratégie ? Laquelle ? Sinon, quelle en a été la conséquence ?

– Ai-je rencontré des difficultés ? Qu’est-ce qui a été facile ?

– Comment me suis-je comporté face à mon but ? Ma stratégie ? Les freins ? Les aides ?

– A quel niveau j’ai été bon ? A quel niveau ai-je été mauvais ? Qu’est-ce qui a (ou aurait pu) faire la différence ?

 

Cette liste de question n’est évidemment pas exhaustive mais elle vous permettra d’avoir une idée de la direction à prendre et de la méthode à avoir.

Ne prenez pas pour commencer la plus grande réussite et le pire échec de votre vie, je vous invite à prendre de petits évènements récents, afin de vous familiariser avec cette approche et d’en extraire en 1 ou 2 idées les points phares sur lesquels a reposé le résultat obtenu.

Si vous faites cet effort plusieurs fois, et que vous revenez sur des expériences variées en allant bien au fond des choses, vous vous apercevrez rapidement qu’il y a 2 ou 3 comportements qui se retrouvent systématiquement et alors là, vous pourrez prendre les commandes et ne pas subir vos démons. Riche des enseignements de votre passé, vous pourrez choisir de ne plus reproduire certains comportements préjudiciables et en même temps de développer encore plus ce qui a été jusqu’à aujourd’hui générateur de réussite.

Je sais que cet article est très théorique et que ce n’est pas forcement évident de passer le pas, seul face à vous-même. Mais n’avez-vous pas choisis un métier de solitaire ?!

J’attends avec impatience vos retour sur cet article, même si ; j’en ai bien conscience, une semaine après l’ouverture de ce blog, vous ne devez pas être des foules à me lire Clignement d'œil!