Courtier ou croupier?

Pour commencer, qu’est-ce qu’un croupier ? Si je m’en réfère à la définition du Larousse : « Employé d’une maison de jeux, chargé de diriger les parties ».

Mais, les marchés ne sont pas des maisons de jeux !? Les positions ne sont pas des parties !? Alors, pourquoi poser cette question ?

Le but du croupier est de faire gagner le casino en vidant vos poches de tout ce qu’elles peuvent contenir de valeur. Le croupier n’est ni un arnaqueur ni un voleur; c’est un instrument pour vous, qui acceptez de jouer votre avenir sur un coup de dés,  et pour la banque qui empoche et gagne.

Parfois, pour ne pas dire souvent, nos courtiers préférés agissent comme des croupiers sans que le trader le sache ou l’ait compris. Dans cet article, je ne citerai personne pour une bonne et simple raison : je suis courageuse, mais pas téméraire, et j’aime autant ménager la chèvre et le chou.

Nous pouvons donc distinguer 3 grandes familles de brokers :

Le broker véreux :

Ce ne sont pas les plus dangereux, car, pour peu que vous soyez attentifs et informés au minimum, vous n’y mettrez pas les pieds. Il y a des régulations (plus ou moins fiables) et des maisons considérées comme « sérieuses ». Les arnaques sur le Forex et les options binaires existent, tout le monde le sait à présent, et il ne tient qu’à vous de ne pas aller volontairement dans un coupe-gorge. Passons donc rapidement cette catégorie.

Le market-maker :

Celui-ci m’intéresse nettement plus pour 2 raisons : c’est le plus répandu et c’est aussi le plus vicieux.

Pour faire court, le MM est votre contrepartie : quand vous gagnez, il perd, car il ne passe pas votre ordre sur le marché, mais il le garde en interne, au chaud, pour lui tout seul.

Dans cette partie de cache-cache entre vous et le MM, dites-vous bien une chose : vous partez avec une grande longueur de retard pour plusieurs raisons :

–          Vous devez payer le spread

–          Le MM possède des informations que vous n’avez pas forcément sur :

les marchés (flux, informations, données)

vous-même (ratio de profitabilité de votre activité historique, marge disponible, etc….)

–          Le MM est nettement plus capitalisé que vous ne le serez jamais.

–          C’est lui qui tient les manettes et il peut décider de couper votre position quand ça lui chante.

–          Il a les moyens, si vous êtes trop bons, de détériorer vos conditions de trading pour limiter vos chances de gain ( ralentissement des ordres, slippage etc.)

Dans l’absolu, l’idée du market-making ne me pose pas de problème lorsque le trader est au courant. Libre à lui de mener une réflexion, de s’informer et de ne pas délibérément travailler avec un broker qui n’a qu’un seul but : le dévoyer avec une délectation diabolique.

Là où les choses me donnent la nausée, c’est lorsque le croupier fait du MM et qu’il le cache, par tous les moyens !

Ces derniers mois, nous travaillons en équipe à la mise en place d’un trading automatique. Plusieurs robots fonctionnement bien, et tout l’enjeu est à présent de trouver les « bons » partenaires. Comme certaines stratégies sont vraiment très rapides, nous sommes extrêmement attentifs aux conditions d’exécution, à la latence, aux spreads, etc.

Quelle ne fut pas ma surprise lorsque j’ai compris que la majorité des brokers sont aussi des menteurs éhontés ! Les autres membres de l’équipe m’avaient pourtant prévenue : certains vendent une exécution sur les marchés en direct, mais ils mentent sans vergogne, et nous avons constaté des conditions d’exécution mouvantes, alors que nos performances étaient excellentes : nous gagnions trop, il fallait nous mettre des bâtons dans les roues !

Ces grandes maisons communiquent pourtant en montrant patte blanche : «  Nous, être contrepartie, mais non enfin, ce type de pratiques ne nous concerne pas ! » Certains provisionnent même leurs comptes propres en prévoyance des amendes qu’ils devront payer à l’AMF pour publicité mensongère.

Pourquoi se priveraient-ils, malgré les procès et les amendes, ils gagnent beaucoup à continuer ainsi !

Le système est vraiment pervers, suivez mon raisonnement : ces brokers (que j’appelle malhonnêtes) gagnent évidemment beaucoup d’argent, ce qui leur donne les moyens de se développer, de communiquer, de vous offrir des bonus alléchants, des stops garantis et tout un tas de services bling-bling pour vous inviter à venir chez eux. Ils se sont donc énormément développés ces dernières années par rapport aux…

Broker ECN ou DMA

Ce type de broker n’est pas contrepartie. Notez d’ailleurs que les market-makers peuvent aussi proposer un trading en DMA (direct market access) à certains clients sous certaines conditions…ça se négocie !

Souvent, les débutants en trading n’aiment pas trop les ECN, car le spread n’est pas fixe (bien que faible) et qu’ils doivent y ajouter des commissions de transaction.

L’avantage majeur des ECN est simple : le juge n’est pas la partie !

Il se rémunère sur vos allers/retours;  à chaque fois que vous bougez sur les marchés, il est payé. Il ne gagne rien sur vos contreperformances, car la contrepartie est soit une banque, un autre trader ou le liquidity provider, mais pas le broker.

Le fait qu’il n’y ait pas de contrepartie prédéfinie peut engendrer du slippage, c’est l’inconvénient majeur, surtout sur du très court terme, et le scalpeur devra bien traiter cet aspect s’il décide d’aller chez un ECN.

Toutefois, mon expérience personnelle de ces derniers mois, ainsi que les différents témoignages que j’ai pu récolter me prouvent une chose : fuyez les market-makers ou assurez-vous que vous êtes bien exécutés sur le marché, et pas en interne avec votre broker en face.

Pour tester si votre compte est MM, c’est très simple : tentez de passer un ordre entre le prix offert et le prix demandé, ou tentez de mettre un stop très serré (à 2 pips par exemple) : si ce type d’opération est impossible, il y a de grandes chances que votre broker ne soit qu’un vulgaire croupier qui ne s’assume pas, même s’il s’en défend !

5 réflexions au sujet de « Courtier ou croupier? »

  1. Bonjour Caroline,

    Pour savoir si un Broker joue contre vous ou pas, renseignez-vous auprès des autorités de régulations afin de savoir si le Broker dispose d’une licence l’autorisant à être Market Maker.
    Si oui, notez qu’un broker qui vous affirme ne pas « jouer contre vous » n’aurait aucun intérêt à disposer d’un agrément de ce genre.

    Exemple : « Si je suis un Lapin et que je croise un gars avec un fusil et une licence de chasse qui m’affirme être l’ami des animaux … je le crois ou je pars en courant ? »

  2. Caroline,

    je suis avec religion ce que tu dis chaque matin.

    Ce que tu dis sur le market maker est faux. Je suis market maker et je n’interviens que sur les futures.
    Je fonctionne un peu comme un courtier, en essayant de grappiller quelques ticks quand je peux.
    Je n’arnaque jamais les clients. Au contraire, des que je peux j’ameliore mon prix. Je prefere donner de
    bons prix et recevoir beaucoup d’ordres que de mauvais prix et ne rien avoir.

    A bientot en tout cas.

    1. Bonjour Olivier,

      Merci de ce retour, c’est un point de vue intéressant.

      Je ne dis pas que les MM sont de mauvaises personnes ou de mauvaises entreprises.
      Je dis qu’en toute logique, quand la contrepartie est le market marker, il gagne ce que le trader perd; le broker ne fait pas apparaitre l’argent dans son chapeau et quand c’est lui qui est en face, il a un interet certain a ce que trader ne gagne pas trop.

      Dans l’absolu, cela ne me pose pas de problème à partir du moment où le trader est au courant.
      Certains brokers annoncent une exécution directe sur le marché alors qu’ils gardent les ordres en interne, et je trouve cela répréhensible dans le sens où ce n’est pas honnête.

      Je ne connais pas ton entreprise de courtage, et j’ignore comment tu présentes la chose à tes clients, je ne te juges pas. J’ai juste constaté que parfois le MM dégrade les conditions d’exécution de certains traders, ce n’est pas une légende urbaine.

      Maintenant, je crois aussi qu’il y a des market maker honnêtes.

      Caroline

  3. Certaines precisions : Caroline, derriere chaque broker il y a dans tous les cas un market maker, banque ou autre broker. Ce n est pas si manicheen et binaire que cela, c est plus complexes et il y a egalement l extarnalisation des book que beaucoup d ECN font. Attention donc.

    1. Bonjour Pascal,

      Ce que j’évoque ici c’est le fait que ce soit la même entreprise, et à fortiori, les mêmes personnes qui soient à la fois contrepartie et détenteurs des conditions d’exécution.

      Lorsque qu’un notre broker favori exécute nos ordres sur le marché interbancaire, il se moque au fond de leur issue car ce n’est pas lui qui gagne ou qui pers sur le résultat, c’est une banque, un liquity provider ou que sais-je encore… Hors, c’est bien le broker qui fournis au trader, premier maillon de la chaine alimentaire, les conditions d’exécution de son ordre (flux, latences réseau, slippage…)

      Ensuite, je suis parfaitement d’accord avec vous, beaucoup de choses m’échappent (comme à vous probablement), les relations plus ou moins claires entre les gestions de serveurs, LP, broker, banques etc. sont totalement obscures pour les passeurs d’ordres que nous sommes et les petits accords entre amis d’un jour sont legions.

      La gestion des ordres génère des flux financiers pharamineux et le commun des mortels ne sera jamais dans le secret des dieux.

      Je constate juste, à mon humble niveau, que les ordres sont mieux exécutés chez certains que chez d’autres…!

      Caroline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *