L’ego et l’échec

Un proverbe de sagesse populaire nous dit :

« Qui veut agir trouve des moyens, qui ne veut pas agir trouve des prétextes »

Pour la réussite, c’est pareil ! Celui qui réussit a un plan qu’il applique, qu’il adapte, qu’il peaufine. Il met son énergie dans l’action, dans l’apprentissage, dans la réflexion constructive et non dans la recherche des raisons qui peuvent le faire échouer.

Il est légitime d’échouer ; c’est vrai ! Il y a tellement de bonne raisons pour cela : c’est difficile, le système est biaisé, les news sont mauvaises, les marchés n’ont pas de tendance… Bla, bla, bla !

La question du jour est donc la suivante :

Quel est l’impact de l’échec sur vous ? Qu’est-ce que cela engendre concrètement ?

Voyons quelles sont les réactions les plus courantes à l’échec :

Destructrices :

L’auto-flagellation : Vous venez de réaliser une forte perte pour des raisons qui vous appartiennent. Vous êtes mal car vous avez perdu de l’argent et du temps et comme si ce n’était pas suffisant, comme si vous vous sentiez trop bien après cette épreuve, vous vous dites : « bah, tiens ; un petit coup supplémentaire sur mon égo, ça peut pas faire de mal ! » Alors commence votre dialogue interne qui vous explique à quel point vous êtes nul, que vous n’y arriverez jamais, que de toute façon, c’était couru d’avance…. Et j’en passe évidemment !

L’auto-flagellation va-t-elle vous permettre de regagner ce que vous avez perdu ? Va-t-elle vous permettre de prendre des décisions rationnelles ? Va-t-elle alléger votre souffrance d’avoir momentanément échoué ?

La colère : Le marché vous a donné tort ! Comment a-t-il osé le félon ? Vous ! Avec tout votre bagage, vos compétences, votre stratégie béton, le marché vous a attrapé par la cheville, vous a fait tournoyer dans les airs et vous a éjecté comme une vieille chaussette ! Mais, cela ne va pas se passer comme ça, parce que vous n’êtes pas une mauviette, vous êtes un homme, un vrai et il va voir ce qu’il va voir.

C’est alors le moment délicieux où vous ne contrôlez plus rien ! Votre colère se joue de vous, vous prenez des décisions irrationnelles, des prises de position hasardeuses, des décalages de stop loss, vous écumez et vous croyez sincèrement qu’à ce jeu-là, vous gagnerez. Comme vous êtes joueur ! Profitez bien du grand huit émotionnel car la descente sera morose !

La recherche du coupable : Quelle est drôle cette réaction, j’adore ! S’il y a une perte, il y a forcément un coupable, et c’est là que c’est marrant parce que le coupable, c’est rarement vous au début ! L’EA n’a pas bien fonctionné, ou on vous a mal formé, la stratégie qu’on vous a donné est mauvaise, etc… Tout ceci est peut-être vrai ; là n’est pas la question !

Ce qui importe, c’est votre place dans ce processus ; si le coupable est ailleurs, vous êtes alors une victime et si vous êtes une victime, vous n’avez pas le pouvoir de tirer les enseignements riches pour l’avenir. Du coup, non seulement vous avez réalisé une perte, mais en plus, vous avez perdu les manettes de votre vie. C’est dommage !

L’abandon : Là, c’est sûr, le trading, ce n’est pas pour vous ! De toute façon, les dés sont pipés, toutes ces pubs sur le forex, c’est du vent. Un amateur se fait toujours pigeonner par les marchés, vous en avez assez ; c’est la perte de trop !

Cette réaction peut être saine, il est en effet possible que cette activité ne vous convienne pas, mais cette décision doit être prise avec un certain recul. Si l’abandon n’est pas raisonné, ferme et sincère ; vous continuerez à vivre avec l’hypothèse qu’un jour peut-être… J’imagine que, pour vous comme pour moi, votre temps est l’unique ressource sur laquelle vous n’avez aucun pouvoir ; alors, utilisez-le à bon escient. Aucune décision rationnelle ne peut être prise juste après un échec !

Avant de continuer ; je souhaite tout de même vous dire que j’ai expérimenté la totalité de ces réactions destructrices. Et si j’en parle avec dérision, et sourire, c’est parce que je ressens encore en moi le souvenir de ces réactions totalement inadaptées pour lesquelles j’ai beaucoup de tendresse. En effet, échouer c’est difficile, mais ce qui l’est encore plus ce n’est pas ne pas utiliser son échec pour devenir meilleur, pour apprendre et pour grandir.

Constructrices :

Vous êtes donc seul devant votre station et vous venez de réaliser une perte importante. Vous êtes sonné comme un vieux boxeur qui se relève après un KO de 30 sec. Comment tirer parti de ce moment délicieux?

– En premier, passez à autre chose, le temps qu’il faut pour réfléchir à la situation la tête froide. Faites tout ce que vous voulez, sauf du trading. Fuyez votre bureau, lieu où vous venez de vivre un traumatisme (je choisis volontairement ce terme qui ne me semble pas trop fort !). Allez où vous voulez, mais sortez de ce bureau !

– Durant un temps indéterminé, vous allez digérer votre perte. C’est-à-dire vous allez intégrer cette perte comme quelque chose de normal et l’accepter en tant que telle, vous allez sortir de l’affect et réfléchir à ce qu’il s’est passé sans vous auto-flageller mais juste en analysant, lointain, si vous auriez pu éviter cette perte en vous comportant différemment. Et pendant toute cette période, aussi longue soit-elle, vous ne devez pas trader. Il est possible aussi que cette perte soit « légitime », j’entends par là que vous n’avez pas fait d’erreur de stratégie ni de comportement, cette perte est un « dégât corollaire » à votre activité.

– Une fois la perte digérée, vous allez réfléchir à ce que vous auriez pu faire pour l’éviter afin de ne pas commettre une autre fois cette même erreur. Si elle est imputable à votre stratégie ou à votre MM, adaptez-le. Si elle est imputable à votre comportement, prenez-en conscience et créez des alarmes internes pour ne pas le réitérer.

Personne n’aime essuyer un échec, pourtant, souvenez-vous que nos échecs peuvent nous pousser à nous surpasser et à dépasser nos limites afin de nous hisser, jour après jour vers notre optimal. Les plus grands traders de la planète ont été ruiné parfois plusieurs fois, leur force réside dans la capacité à en tirer enseignement.

8 réflexions au sujet de « L’ego et l’échec »

  1. échoué est nécessaire pour apprendre enfin pour moi j’ai appris dans l’échec, c’est la capacité a se relevé d’un échec qui différencie ceux qui finissent par avoir un belle réussite et ceux qui ne réussiront jamais

    sinon ce blog est intéressent c’est le premier blog uniquement réservé à la psychologie du trading

    au moins je me sentirais moins seul

  2. J’adore comment commence votre article : « Qui veut agir trouve des moyens, qui ne veut pas agir trouve des prétextes » 😉

    Pour ce qui est du « coupable », je pense que c’est dans la nature humaine et plus particulièrement du Français de toujours trouver des coupable. Pour ma part, ce coté-là m’est rarement arrivé en trading et plus particulièrement en trading.

    Peut être le fait qu’il n’y ait que moi et mon écran 😉

    En tout cas c’est un très bon article. Je garde votre site de coté.

    Bien cordialement.

  3. De bien sages préceptes!! Et s’ils peuvent être utiles à un trader, ils peuvent également s’appliquer à toute activité ^^ C’est ça qu’y est beau avec l’être humain, peu importe nos différences, dans le fond on fonctionne tous pareil… A nous de choisir les mécanismes que l’on garde, et ceux que l’on doit transformer pour se réaliser à 100%! J’en suis là justement 🙂 et chapeau à toi si tu as appliqué ces belles prises de conscience! Il y a tout un chemin entre les comprendre et les incarner…

  4. Bonjour Caroline,

    Je ne trade pas mais la psycho par contre c’est mon truc, et cela m’amuse de voir à quel point ce que tu décris s’apparente aux phases du processus de deuil. Je savais que ce processus s’appliquait aussi bien à la perte effective d’un être cher, qu’à un divorce, à un licenciement, et même dans certains cas à un déménagement, mais je n’avais jamais pensé que le trading était potentiellement fait lui aussi de petites morts. Courage à tous alors!

    Très intéressant ton article, merci et bonne et longue vie à ton blog.

  5. Bonjour Florence,

    Ravie de participer a ce que votre journée débute par une idée nouvelle!

    En effet, une perte en trading est avant tout une perte!

    Il y a beaucoup d’idée préconçues sur les trader et le fantasme collectif nous décrit un peu comme des être froids, sans émotion et d’horribles spéculateurs dénués d’affect. Je caricature volontairement mais on est pas loin. Cette approche, très manichéenne dans cette période de crise financière, donne un coupable tout désigné. Facile mais un peu simple!!

    Un trader est avant tout un homme (ou une femme;-)) , et quand il échoue , ça fait mal , comme tout le monde. Il y a aussi une énorme différence entre le trader pro qui travaille en équipe et le trader amateur qui travaille seul pour son compte. Ce dernier est soumis a une forte pression et une forte solitude qui le fragilise globalement et qui rends la situation de perte encore plus pénible.
    Un nombre hallucinant d’amateurs perdent de grosses sommes d’argent sur les marchés au profit de grands fonds.

    Ce blog a pour but de réduire , ne serait ce qu’un tout petit peu, l’inégalité des chances et de mettre le doigt sur l’impact énorme du comportement en trading .

    Bonne journée

    Caroline

    1. Bonjour Christine,

      la grande difficulté, celons moi est de passer du savoir (je ne dois pas faire ça) au « savoir être » (réellement ne pas le faire), j’y retrouve aussi les levier de l’addiction, de la dépendance. Je connais une personne qui , en scalping, avait décidé d’arrêter de trader pour la journée dés il avait fait une perte. Cette décision était pour lui était ferme car dés qu’il avait fait une transaction perdante, il perdait le contrôle ; il a toutefois eut beaucoup de mal a s’y tenir, cherchant a se refaire et ne supportant pas la frustration de la perte.

      Nous savons tous comment il est bon de se comporter, la difficulté étant de l’integrer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *