L’art de la guerre

Est-ce innocent si l’on utilise le même mot sur le plan militaire et pour le trading : la stratégie ?

Le mot même de « stratégie » induit un combat, une lutte entre 2 forces opposées et le guerrier considère de nombreux facteurs pour élaborer sa stratégie.

L’un d’entre eux est l’environnement : analyser l’environnement pour s’y adapter et pour l’utiliser à son avantage.

Globalement, cette approche passe par plusieurs étapes :
1- Se détacher de tout partit pris tel que des croyances préconçues, des illusions ou des espoirs qui pourraient venir parasiter notre observation.
2- Une observation globale et détaillée du terrain et de la situation.
3- Une évaluation des ressources à disposition et un souci pour les accroître si possible ou nécessaire
4- Une évaluation des forces et des faiblesses opposées
5- Une recherche d’efficience avec cette question centrale : comment vais je courir le moins de risque, utiliser le moins de ressource pour un meilleur résultat.

Un bon chef de guerre n’attaque pas n’importe où et n’importe comment, alors, pourquoi le feriez-voue en trading ?

3 réflexions au sujet de « L’art de la guerre »

  1. Il y a beaucoup de fautes d’orthographe dans vos articles.
    Cela gâche vos propos et les rendent ordinaires, et beaucoup moins crédibles.
    Ex : hors (=dehors) pour dire « Or » (préposition :or, ni, car). – partit pris pour « parti pris » … Etc.. etc…

    1. Bonjour Sophie,

      je sais que je fais des fautes, je suis dyslexique et rien n’y fait (correcteurs et relecture;)
      Alors, si j’ai fais corrigé mon livre, j’en ai pris mon parti pour les articles et newsletter.

      A un moment donné, le choix est assez binaire :
      – soit je publie avec une certaine réactivité et une réelle authenticité, ce que la majorité de mes lecteurs apprécie car mes écrits sont humains et simples
      – soit je décide de perfectionner, j’écris, je fais corriger avant de publier, et cela complique le process global, sclérosant logiquement l’idée et son partage

      J’ai choisis la première option, acceptant l’imperfection de ces partages et les jugements probables.

      C’est donc un choix délibéré, à chacun de choisir en conséquence, ma zone de responsabilité s’arrête au crépuscule de mon clavier.

      Bonne année,

      Caroline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *