L’auteur

12[two_thirds last= »no »]

Rien ne me prédisposait à devenir trader pour compte propre, et pourtant…

Cette histoire commence en 2006, alors que je monte mon entreprise de construction de centrales solaires. L’état vote une loi visant à promouvoir l’énergie solaire avec des tarifs de rachat faramineux. J’élabore un plan, je cherche des projets et j’en trouve à la pelle. J’investis tout ce que j’ai pour les développer et assez rapidement le gouvernement tergiverse, se rétracte et le premier décret visant à changer les règles de rachat d’énergie sors en 2008.

À cette période, je suis dans un train lancé à grande vitesse, et on ne descend pas d’un train en marche, alors je fais comme je peux, je m’adapte et mon entreprise est une réussite malgré les peaux de bananes disséminées sur la route. J’ai conscience que cette réussite est fugace et que bientôt il faudra faire autre chose, alors, je pense à l’après.

À cette même époque, en 2008, un proche me parle de trading. Avec mon bac littéraire, mon expérience de guide de voyages et de commercial tout terrain, je me gausse. J’ai cette vision que le trading est réservé à une élite de matheux et d’analystes sur diplômés, que je ne serais jamais au niveau. Mais il ne me lâche pas et me répète que j’ai toutes les qualités nécessaires pour bien m’en sortir en trading. Me connaissant depuis ma naissance, il connaît les arguments qui font mouche et finalement, je tente le coup.

Et je me plante, mais vraiment lamentablement !

Seulement, entre-temps, j’y ai pris goût, et je perçois déjà toutes les possibilités que cela offre si je parviens à réussir dans cette branche. Alors je tente de comprendre les raisons de mon échec. Outre mon manque de connaissances, ce qui pose problème, c’est mon comportement. Les connaissances, ça s’apprend et pour lire un graphique, cela demande de la pratique certes, mais cet obstacle est assez facilement surmontable si l’on est pugnace.
Par contre, je ne parviens pas à visualiser comment je vais pouvoir modifier certains réflexes, certaines attitudes que je perçois comme problématiques : l’absence compulsive de discipline, l’impulsivité, des réflexes d’attaque probablement issus d’une vie antérieure de guerrier mongol; la bonne attitude me paraît hors de portée. Il faut que je trouve un moyen pour modifier mes perceptions.

Par goût et par persévérance, en 2009 j’entame donc un cursus de formation en développement personnel et peu à peu, mon attitude se modifie partout, dans mon entreprise, que je garderai encore 3 ans, dans mon trading et dans mes relations. Ma passion pour la philosophie s’y nourrit de questions, de concepts et de réflexions ; mon besoin de pragmatisme y trouve des applications concrètes, pratiques et porteuses ; bref, j’y plonge avec un enthousiasme sans borne.

Au niveau technique, je suis largement aidée par celui qui m’a montré la voie. Il m’explique les dynamiques de marché, les échelles de temps, les indicateurs techniques pour choisir le moment de rentrer en position sur les marchés. Il m’initie à la gestion de mes positions, que ce soit dans leur taille, mais aussi leur objectif, leur limite de perte ; bref, lors des mois qui suivent, il est présent à mes côtés et peu à peu, mon œil se fait, ma perception des mouvements de marché s’affine et j’avance, lentement mais sûrement.

En 2011, je décide de liquider l’entreprise qui m’a fait gagner de l’argent, et je me consacre au trading et à ma formation en développement personnel. Un an plus tard, mes performances sont tout à fait honorables et plutôt stables, et je décide de commencer un blog. Mon but à la base est de tenir un journal de bord sur le thème de la psychologie en trading ; de rentrer en contact avec d’autres personnes que cela intéresse, de progresser ensemble, de mutualiser les idées.

Mon goût prononcé pour l’écriture rend ce partage facile et agréable et je n’ai aucune vision économique de l’outil internet. Certaines personnes me demandent de l’aide, cela me surprend d’abord, mais comme je ne trade pas 8 heures par jour, j’ai du temps libre. Je me sens un peu coupée du monde devant mes graphiques et je suis ravie de partager ce que j’ai pu apprendre. Et après tout, je suis coach certifiée alors j’accepte de les aider gratuitement et je rentre en contact régulier avec une pléthore de cobayes qui m’amènent tous leurs problématiques, leurs difficultés et leur détresse.

Peu à peu, je me prends au jeu avec un plaisir manifeste et je visualise les raisons principales de l’échec en trading.

Ces raisons, quelles sont-elles ? Disons qu’il y a 5 grandes familles : [list style= »arrow »]

  • Sous-estimer la difficulté au niveau technique et émotionnel
  • Incohérence entre les ressources et l’objectif
  • La projection de fantasmes et d’illusions sur l’argent, les marchés et soi-même
  • La solitude et la liberté énorme : l’absence de cadre prédéfini
  • Le refus de perdre, le besoin d’avoir raison, l’ego[/list]

couverture_livre_big

Ces 5 leviers sont des autoroutes vers la perte et beaucoup s’y engouffrent corps et âme, encouragés par les publicités aguicheuses qui vendent du vent. L’ouverture du marché de la finance aux particuliers et l’avènement d’internet offrent une manne infinie de pigeons aux escrocs, qui ne tardent pas à donner ce message assassin : devenez riche sans rien glander !

Les escrocs ont toujours une longueur d’avance sur les experts, pour une raison évidente, ils n’ont pas besoin de devenir compétents avant d’agir.

Le livre « trader avec succès grâce au neuro-trading » tente donc de pallier à cette désinformation et à vous donner une vision juste et porteuse de vos impératifs pour réussir.

[/two_thirds]