Les 10 erreurs à éviter en trading

Ceci est mon 100iéme article, et je le fête dans un carnaval, le hasard fait parfois bien les choses:-)

Pour « féter » cela, l’article est disponible en vidéo ici:

Lorsque Ben du site Bourseensemble m’a invité à son nouveau carnaval d’articles pour écrire sur les 10 erreurs à éviter en trading ; je me suis tout d’abord dis, avec ma bonne humeur naturelle : Facile , en 30 minutes , c’est bouclé !

Et puis je me suis mise à réfléchir aux 10 points les plus importants, et là , j’ai commencé à voir la difficulté de l’exercice : trier l’indispensable de l’important et du superflu en matière comportementale.

Alors certes, j’aurais pu faire un article qui reprend des données techniques et opérationnelles,  telles que «  ne pas se surexposer, ne pas décaler ses stops » qui sont en effet des erreurs de base à ne pas commettre. Oui mais, tout ces conseils judicieux, vous les trouverez dans les articles de mes confrères traders et blogueurs, dont voici la liste :

Non, je devais respecter mon sujet, et vous fournir en résumé la substantifique moelle des 10 erreurs psychologiques et comportementales en trading. Il a donc fallu que je synthétise ma réflexion pour trouver ces 10 points cruciaux ; ceux qui sont vraiment importants et courants.

Pour ce faire, j’ai repris mes comptes rendu de coaching, et je vous livre ici les lignes directrices des erreurs courantes et handicapantes que j’ai observé au niveau psychologique :

« Je tiens, et j’te lâcherais pas ! »

1- Frustration de ne pas obtenir satisfaction :

Vous savez peut être que je travaille en coaching via une méthode de profilage individuel (http://psychotrade.fr/coaching/); et dans ce profils, il y a une partie sur les zones de motivation.

Disons que votre projet est une voiture, que cette voiture a besoin d’énergie pour avancer, et qu’il existe toute un panel de combustibles. L’un d’entre eux est « l’aversion à ne pas obtenir », ce qui signifie en gros mon refus d’échouer. Avec ce combustible, échouer ou ne pas obtenir de bons résultats est tellement désagréable que cela devient une motivation.

J’agis non pas pour réussir (motivation positive), mais parce que je ne supporte pas l’idée de perdre (motivation très anxiogène)

Pourquoi je vous explique cela, alors qu’a priori, cela n’a rien à voir avec le trading ? Et bien pour une raison très simple : la majorité de la population n’utilise que rarement ce combustible alors que le traders semblent y être très sensibles.

Peu en importe la cause, même si j’ai mon idée là dessus ; seule la conséquence compte : je vais être …

2…engagé dans la position :

Que signifie : Être engagé dans une position ?

C’est avoir développé une implication telle dans votre position que son issue est très importante pour vous.

Il faut bien comprendre une chose : la marché fait ce qu’il a à faire sans se soucier de vous.

Lorsque vous êtes engagés dans votre position, vous avez un parti pris, un espoir, le besoin que le marché vous donne raison.

A cet instant, qu’est ce qui va orienter votre décision, votre analyse ou votre besoin d’avoir raison ? Plus vous serez engagé dans votre position, moins votre analyse aura d’influence sur vos choix. Et ceci est évidemment bloquant.

Mais il n’y a pas que vos croyances qui influencent vos choix, il y a aussi …

3 …vos petits chouchous :

Nous venons de voir que le frustration à ne pas obtenir pousse le trader a s’engager fortement dans une position.

Mais cette frustration n’est pas l’unique responsable ! Nous avons tous un système de valeurs, qui influence tout nos choix. Pour faire court, notre système de valeurs, c’est tout ce qui nous semble bon et juste (dans l’idée et/ou l’action). Nous sommes donc conditionnés, à la base pour prendre un type de décision.

Prenons une image, disons que la décision à prendre est une course. Dans cette course, il y a plusieurs candidats qui seraient les différentes alternatives à notre portée : nous allons souvent truquer la course en privilégiant notre candidat préféré , en le faisant partir plus tôt par exemple ; si bien que la course est une mascarade ! De toute façon, notre chouchou gagnera cette course, quelque soit la qualité des autres participants.

Lorsque nous sommes le jouet de ces « attracteurs », nos décisions ne sont pas dictées par la situation de marché, mais par ce qu’elle réveille en nous, et une fois de plus, la marché se moque de ce qu’il éveille en vous.

Les attracteurs rendent vos décisions profondément partiales, et vous poussent à vous engager dans vos positions.

« J’suis vraiment trop fort !»

4- «  Je ne sais qu’une chose : c’est que je ne sais rien ! »

Avez-vous remarqué comme la jeunesse sait tout et l’âge mure ne sait plus rien ? En trading, c’est la même chose. Souvent le débutant qui a lu 3 livres pense avoir tout compris et plus il avance en compétence, moins il a l’impression de l’être.

C’est très difficile de jauger objectivement sa propre (in)compétence ; étalonner vos actions de trading sur le sentiment, la sensation de celle-ci est donc une erreur car cela vous pousse à …

5- … Confondre « intuition » et « envie »

Qu’est ce que l’intuition et comment la dissocier de l’envie ?

Pour faire très court, la véritable intuition se nourrit de l’expérience. Vous avez enregistré, plus ou moins consciemment des centaines, des milliers de configurations de marché. Votre mémoire garde une trace de figures, de scénarios qui se répètent et lorsque vous vous retrouvez face à un scénario analogue, votre intuition vous dit : le marché va faire ceci . Ici, votre intuition est guidée par une base de données très fournis et factuelle même si au moment où vous vous retrouvez face au graph et à la décision, vous ne pouvez pas dire pourquoi vous pensez que le marché va faire ceci. Votre œil est tellement aguerris que votre analyse est intuitive.

Je rencontre beaucoup de « semi-débutants » qui pensent pouvoir trader à l’intuition et qui se trompent, car ce n’est pas l’intuition qui les gouverne, mais l’envie que le marché face ceci. Ils ont une telle envie, qu’il la confondent avec le savoir et qu’il se font avoir ! (je suis poète en plus 😉

6- Je suis ce que je fais

Qu’avons nous tendance à nous dire lorsque nous faisons un faux-pas de trading et que l’on pers beaucoup d’argent ? « je suis nul »(et ici, je reste polie!) On se déteste, on se maudit et l’on commence à se flageller avec des orties fraichement coupées.

Alors je vous pose une question : que souhaite t-on à quelque que l’on déteste, que l’on maudit ? Pas que du bien, c’est un fait !

A ce moment, cela nous semble juste : on a fait un mauvais choix, et il nous semble légitime et normal de nous punir pour cela . Normal oui, mais déstabilisant et porteur de nouvelles erreurs à venir car nous imprimons en nous l’image que nous sommes des nuls. Gardez à l’esprit que vous n’êtes pas (que) ce que vous faites et ne mélangez pas tout !

7- Refuser le prix de la réussite

Quels sont les petits et gros sacrifices que mérite votre réussite ? Cette question, on se la pose rarement lorsqu’on se lance, que ce soit en trading ou dans autre chose, car cette question fait mal ; et c’est bien pour cela qu’elle est tellement cruciale.

Se poser la question du prix de la réussite pose la question de l’implication, de la persévérance et du travail. Si vous êtes flous sur votre implication, vous serez inconstant dans votre travail et votre motivation dépendra de vos résultats. Et comme vos résultats dépendront des moyens que vous allez mettre en œuvre, vous rentrez dans un cercle vicieux …

« Je rentre dans des cercles vicieux »

8- je refuse d’agir sous pression

La notion de pression est intimement liée au trading. Le trading, c’est de la pression. Hors, plus vous agirez sous pression, plus vous aurez de chance de déraper.

La solution qui vient tout suite en tête est donc de se dire : « je refuse de travailler sous pression » mais je le répète, la pression est inhérente à l’activité.

On se retrouve donc face à un problème qui semble insoluble, le serpent se mors la queue : le trading c’est de la pression, mais la pression m’empêche de bien trader…

Ici, je parle donc d’acceptation (et non de soumission). Le trading, c’est de la pression , « so what ? » ; c’est un fait et refuser un fait, c’est rentrer dans le déni. Denier une réalité ne rends pas moins réelle !

Acceptez la pression, et apprenez à la gérer, pour qu’elle ait le moins d’impact possible sur vous.

9- Difficulté à faire des choix

Choisir, c’est renoncer ! Et comme ce mot est désagréable : « Renoncer » ; baisser les bras, fermer des portes, dire « adieux » à tant de possibles.

C’est beaucoup plus agréable de garder ses illusions, l’envie que tout est possible et que le monde entier est à portée de main.

Agréable oui, mais absolument pas porteur. Lorsque vous créez votre système de trading, vous renoncez à énormément de choses (des marchés, des horizons de temps, des signaux d’entrée, des pic de gains …etc…) Vous rentrez dans un process enclavant, réducteur, plafonné. Oui mais le revers de la médaille, c’est que votre process est aussi protecteur, efficient, performant.

Renoncer prend alors un tout autre sens : ce qui vous était concrètement impossible est à portée de main, ici et maintenant.

10- Escalade de l’engagement

Qui ne s’est jamais entêté, enfoncé dans la mélasse, suite à une mauvaise décision ? La raison a beau vous crier que vous vous éloignez de votre objectif, peu importe, vous continuez inlassablement à parcourir le cercle vicieux, attendant que le destin vous donne raison. Ça nous est arrivé à tous, la plupart du temps avec des conséquences sans gravité, juste un petit coup de canif à l’orgueil et un coup de fatigue. Mais quand l’enjeu est de taille, cela peut avoir des conséquences dramatiques.

La difficulté principale reste de savoir faire la différence entre pugnacité  (accepter les obstacles et les gérer pour nous rapprocher de notre but) et entêtement dans l’erreur.

Toutes les erreurs précédemment citées nous enferment dans un engagement destructeur et sera vecteur de pertes, plus ou moins importantes.

Au crépuscule de cet article, j’ai mal pour vous tant je me dis que les erreurs à ne pas commettre au niveau comportemental sont inscrites dans nos réflexes automatiques, et que la lutte est sans fin.

Je veux toutefois finir sur une note positive et vous dire que c’est possible, que beaucoup y parviennent et que c’est à votre portée.

Je ne suis pas une magicienne, et je n’ai pas prétention de croire qu’avec un article diffusé sur le net je vais transformer votre vie et votre trading, mais je peux vous donner une piste de travail qui va réduire toutes les erreurs ici cataloguées : Le recul !

Prenez du recul, donnez-vous le temps de regarder, curieux et amusé ce que vous faites et comment vous réagissez ; faites des poses et demandez-vous comment l’ensemble de ces 10 points ont influencé vos choix, votre trade, votre journée ; et notez, écrivez jour après jour vous impressions, vos émotions, vos idées fugaces, pour revenir dessus ensuite et rencontrer le trader que vous êtes, sans prétention ni fausse modestie.

Il y a beaucoup d’erreurs à éviter, mais souvenez-vous que c’est possible, et que cela ne dépends que de vous.

Bon courage et bons trades !

10 réflexions au sujet de « Les 10 erreurs à éviter en trading »

  1. Article intéressant. Les trois erreurs capitales à éviter sont (pour moi) :

    – trader sous capitalisé. Il faut un capital de départ important pour (1) se former (éventuellement), (2) éponger ses pertes, et (3) trader ! Si vous pensez que mettre 1 000 EUR sur la table vous rapportera de l’argent de poche, 10 000 EUR vous rapportera un salaire ou 100 000 EUR vous achètera une maison ? Changez de hobby
    – trader avec l’argent dont on a besoin pour vivre. Rien à ajouter.
    – oublier que 90% des traders amateurs (j’entends par là, des traders qui ne tradent pas avec l’argent d’une SGP, banque, etc.) perdront de toute façon de l’argent. Je ne rentre pas dans les détails, mais si vous êtes dans un trading floor avec 10 collègues, 9 s’appauvrissent quand 1 se maintient voir d’enrichit.

    Bonne chance 😉

    1. Bonjour Vincent,

      Lorsque l’on comprend bien que l’argent circule, que ce l’on gagne un autre le pers, et que la concurrence (fonds, institutionnels) est extrêmement équipée, on commence tout juste à prendre la mesure de la tache!

      Merci de votre commentaire

      Caroline

    2. Le vrai capital c’est la connaissance. La création d’une bonne méthode résout beaucoup de problèmes. Le capital peut se construire petit à petit (c’est pour cela qu’il faut commencer tôt).
      La principale erreur est de croire que l’on peut dominer le trading en moins de 10 ans.

  2. Salut Caroline,

    L’exercice parait plus facile qu’il ne l’est vraiment. Je m’en suis rendu compte aussi au fur et à mesure que je me plongeais dans le sujet. Il y a au final tellement d’erreurs à éviter qu’il n’est pas facile de se focaliser sur les 10 plus importantes. D’autant plus que de nombreuses erreurs sont liées entre elles, ou la conséquence l’une de l’autre, etc.

    On a certaines erreurs en commun, mais tu as clairement un angle d’approche différent 😉

    J’apprécie particulièrement ton dernier point qui est tout aussi applicable à l’entreprenariat. Un compromis souvent difficile à gérer.

    Merci pour ta participation à l’événement!

    Ben

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *