Mark-up de la peur

Nous connaissons tous la peur : peur d’échouer, peur de perdre, peur d’être jugés, peur de se mettre dans une situation délicate, peur de gagner, etc . La peur fait partie de l’éventail des émotions humaines , qu’elle soit utile ou handicapante.

Le quotidien du trader peut laisser la place belle à la peur pour plusieurs raisons : la liberté laissée à l’opérateur, la violence et l’incertitude des marchés, l’absence de maîtrise et les enjeux personnels importants en sont les principales.

La peur est un réflexe naturel conditionné qui nous permet de nous mobiliser rapidement face à une menace ; elle enclenche le stress qui lui-même active nos réflexes de fuite, de lutte ou d’inhibition. Elle est évidemment très utile face à un danger réel et imminent mais elle brouille notre jugement et notre capacité d’analyse sur les marchés.

La peur irrationnelle est le territoire de l’enfant, qui, grâce à elle, teste ces limites et assoie son identité. Pour l’adulte, une peur irrationnelle se transforme vite en angoisse latente, elle le ronge peu à peu, grignotant sa joie, sa motivation et ses capacités cognitives. La peur est le territoire sombre de toutes nos folies.

Pour mieux trader, vous devrez vous débarrasser de la peur, plus facile à dire qu’a faire. Je vais tenter ici de vous donner une petite « technique » pour la reconnaître, la gérer et la dépasser.

1- Reconnaître les signes de la peur :

Cette petite sournoise ne passe pas inaperçue , mais même si elle laisse des traces de son passage, nous ne parvenons pas forcement à la reconnaître comme telle pour 2 raisons principales : l’orgueil (« Moi ?! Peur ? Pfff, n’importe quoi!) le manque de présence à soi ( « je ne m’en rend pas compte »)

Voyons ensemble des signaux physiques qui ne trompent pas et qui satisferont probablement vos attentes de pragmatisme et de concrets.
Différents signes physiques de la peur :

Gorge serrée, bouche sèche, peau moite, rythme cardiaque accéléré, souffle court, tension des trapèzes, boule au ventre, chaleur ou sensation de froid sans objet, transpiration ou frissons, diaphragme comprimé, jambes molles, maux de tête, fatigue… Cette liste non exhaustive reprends les principaux symptômes d’une peur plus ou moins larvée.

Si vous avez plusieurs de ces sensations sans objet extérieur, il est fortement probable qu’elles proviennent de la peur et de l’angoisse.
Vous pouvez aussi vous aider de certains signes comportementaux :
Craquer les doigts, se balancer ( tentative instinctive de rassurer), des geste saccadés, faire claquer ses dents, taper du pied…
Globalement, disons qu’il y a 3 zones physiques de manifestation de la peur : La tête, le cœur avec le vente et enfin les jambes qui semblent correspondre aux 3 réflexes instinctifs du stress :

Tête : l’inhibition
Cœur et ventre : la lutte
Jambes : la fuite

Tout semble me faire croire que notre réflexe privilégié induira des manifestations symptomatiques de peur correspondantes.

 
2- Gérer la peur :

Visualisez la zone attaquée par le peur, quelle partie physique de vous est touchée, votre tête, votre cœur et votre ventre ou vos jambes ? Quelles sont les sensations physiques que vous ressentez ? Dans un ancien article, j’évoquais le corps comme un indicateur. Tout comme vous avez l’habitude de lire votre RSI, vos moyennes mobiles ou vos bandes de bollingers, apprenez à décrypter les informations que votre corps vous renvoie. Votre corps existe, il est sources de sensations, d’informations plus ou moins plaisantes et il est à la fois une source et un réceptacle de pensées et d’émotions.
Lorsque vous avez identifié les sensations physiques de la peur et leur localisation, prenez un moment pour imaginer que c’est un personnage, avec une apparence, une taille, un comportement général. Ce personnage de la peur peut-être un homme, une femme, un gremlin, peu importe, trouvez-lui une identité visuelle : quel est le visage de votre peur ?

Imaginez son attitude, certain imagineront un personnage minable et pitoyable qui les nargue. Il a beau être insignifiant, cupide ou morbide, il est aussi dédaigneux et hautain, il croit être plus fort que vous. D’autres s’imagineront peut-être enfant, fragile et inquiet, jetant des regards furtifs sur le monde avant de se renfrogner dans les jupes de maman. Peut-être choisirez-vous un personnage tourmenté, à la limite du gothique adepte du satanisme et de visions gores… Chacun choisira le personnage qui illustre le mieux sa vision et sa sensation de la peur.

3- Dépasser votre peur :
Visualisez ensuite la partie la plus forte de vous-même, l’adulte responsable et pragmatique, factuel et analytique. Cette partie de vous est détachées de vos peurs ancestrales, elle est tournée vers l’avenir, vers la construction et vers l’espoir raisonné.

L’apparence de cette partie de vous demandera moins d’effort d’imagination car c’est vous, votre image, vos attitudes, vos comportements lorsque vous êtes calme, confiant et détendu ; lorsque vous maîtrisez la situation et que vous sentez que tout est possible, pour le meilleur. Cette partie de vous que croit en sa valeur et en sa capacité à réussir, cette partie dont vous êtes fier et que vous chérissez de tout votre être.

Ces 2 parties de vous vont à présent entamer un dialogue où chacun pourra s’exprimer et décrire ses intentions. Le but de ce dialogue est de calmer celle qui a peur. Si elle est là ce n’est pas pour rien et même si nous ne l’aimons pas, même si elle nous mets des bâtons dans les roues, même si elle nous empêche parfois d’avancer, elle a droit à la parole.

Certains prônent de la museler : «  La ferme la peur ! » Cette technique peut en effet être efficace dans l’instant, mais je ne crois pas qu’elle vous permette de mieux gérer vos trades car c’est une sorte de fuite et lorsque le marché suivra son petit bonhomme de chemin contre vous, elle se réveillera et toutes les injonctions du monde ne suffiront pas pour la faire taire.

Au lieu de cela, tentez de comprendre ses intentions positives. Pour un adulte, la peur cherche (maladroitement j’en conviens) à protéger, vous protéger de quoi ? Quelles sont les intentions positives de votre peur ? Quel est son but ?

Lorsque vous aurez les intentions positives de votre peur, vous serez à même de la raisonner, de la calmer et de reprendre pleinement le contrôle pour votre plus grand bien

Un homme sans peur, cela n’existe pas, un homme qui gère sa peur, c’est un homme qui la connaît bien…

Bons trades

3 réflexions au sujet de « Mark-up de la peur »

  1. bel article tu maitrises bien la psychologie globale du trading !
    attention a la difference entre le symptome et la vrais maladie :>)
    bien a toi
    S.

  2. Très bon article, je me suis reconnu dans votre article, je me rappelle avoir eu plusieurs de ces symptômes par le passé et notamment lorsque j’ai débuté dans le trading. La boule au ventre, la jambe qui bouge sans cesse sans s’en rendre compte, la peau moite etc

    Maîtriser l’appréhension et sa peur est sans doute l’une des choses importantes lorsque l’on débute dans le trading.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *