Responsable mais pas coupable

Qu’on se le dise, nous ne devons nos réussites et nos échecs qu’à nous-mêmes ! Principe un peu extrême et qui pourtant trouve tout son sens lorsque l’on accepte de bien dissocier le principe de responsabilité et de culpabilité.

Le marché est incertain, votre stratégie et votre money management vous offre des probabilités de réussite plus ou moins grandes, tout ceci est factuel, pragmatique, c’est votre environnement extérieur de travail. Mais qu’en est-il de votre environnement interne ?

Combien d’entre nous ont cherché des justifications à la perte ? Nous pouvons trouver beaucoup de raisons extérieures à une perte en trading, nombre de traders sont des personnes très rationnelles et trouvent donc des explications rationnelles à une perte. Passe encore quand la perte est “consommée”, la position est coupée, il n’y a plus rien à faire dans l’immédiat, mais lorsque la perte est latente, ce type de comportement peut s’avérer destructeur, voire assassin. « Le marché va me donner raison car… » Sauf qu’avec ce type de raisonnement rationnel, le trader oublie une chose fondamentale : le marché n’est lui, pas rationnel ; ou s’il l’est, c’est à une échelle tellement supérieure à nous, pauvres petites entités humaines et nous ne pouvons en percevoir le dessein.

Soyons donc responsables ; les pertes font partie du travail, qui n’accepte de perdre, jamais ne gagnera (c’est la phrase du jour du père Fouras !). Il est primordial d’accepter cette idée en toute responsabilité, sans quoi, nous provoquons notre échec.

Pourquoi et comment ?

Vous allez avoir peur de la perte, vous allez tout faire pour l’éviter ; et pourtant, sans vous en rendre compte toutes vos actions vont vous mener vers l’échec. Si le marché ne valide pas votre scénario, ce n’est pas le marché qui a tort, cela ne signifie pas non plus que votre stratégie n’est pas bonne, mais uniquement, qu’à cet instant précis, sur cette transaction précise, le scénario est invalidé. Reporter la responsabilité sur la stratégie ou sur le marché vous freinera pour couper une perte latente, qui peut ainsi s’accentuer dangereusement.

Ainsi, fuir la responsabilité d’une perte va avoir deux conséquences cognitives : vous allez vous sentir sécurisé dans votre valeur propre puisque ce n’est pas de votre faute si vous avez fait une perte, et paradoxalement, vous allez endosser le rôle de victime, si peu propice à la remise en question et à la motivation.

Au niveau émotionnel, vous serez soit en colère soit abattu par cette constatation, décidément, en trading, seuls quelques élus sont appelés et vous n’en ferez jamais partie…

Vient ensuite le niveau comportemental, qui, quelles que soient les émotions générées vous amènera vers des extrêmes, abandon ou revanche, donc ; soit vous ne gagnerez plus, soit vous perdrez encore, c’est le choix entre la corde et l’arsenic !

Endosser pleinement la responsabilité de votre perte, par contre, bien que douloureuse sera une attitude ô combien plus intéressante. Voyons rapidement ce qui va se produire avec l’exemple d’une perte latente :

Vous prenez une position, tous vos signaux sont validés, conformes ; vos stop, target sont configurés, le marché retrace, à cet instant, la position est perdante. Vous savez quelle attitude adopter par rapport à votre stratégie car vous y avez travaillé au calme avant. Etre responsable de ce qu’il se passe vous permettra de sortir si telle est votre stratégie, ou de risquer de toucher le stop. L’intérêt est de systématiser la démarche et de laisser le moins de place à l’émotion dans votre choix. Vous agissez en acteur responsable d’une décision et non en victime malmenée par les aléas d’un marché incertain.

Que cette position s’avère au final gagnante ou perdante n’est pas très important en soit, l’important étant d’avoir intégré un principe de fonctionnement, d’accepter, avec le moins de douleur possible les conséquences de vos actes.

Responsable mais pas coupable, assumer la responsabilité d’un acte ou d’un échec ne signifie pas forcément avoir fait en sorte qu’il arrive. La responsabilité, bien que lourde à porter vous donnera la force de rester droit dans l’adversité.

9 réflexions au sujet de « Responsable mais pas coupable »

  1. D’où l’intérêt du trading systématique. 😉

    La responsabilité, c’est une des raisons pour lesquelles je milite afin que les blogueurs publient leur performance réelle afin de ne tromper personne (que ce soit eux-mêmes, ou leurs lecteurs).

    J’observe que c’est difficile. La plupart s’y refusent pour des raisons plus ou moins obscures (lol). Je ne m’adresse pas directement à toi Caroline, plutôt aux blogueurs qui publient des « conseils », des « watchlists », des « exemples de trades gagnants » et des « stratégies profitables ».

    Lex Liberty

    1. Bonsoir Caroline et Lex Liberty,

      Personnellement, j’ai pris des claques lors de mes premiers pas en Bourse dont j’assume complètement du fait de l’appât du gain.
      Sur mon blog, je l’ai précisé à mes lecteurs sur certains billets. Par ailleurs, je suis en train de faire l’historique du rendement de mon portefeuille à partir de fin 2010 jusqu’à aujourd’hui. Sans avoir honte, c’est pas terrible mais étant passionné d’investissement financier je persévère pour réussir car le travail paiera un jour.

      Cordialement.

      1. Bonjour Sovanna,

        L’appât du gain est en effet un piège, il entraine des comportements néfastes et parfois dangereux comme l’over trading ou des prises de risques inconsidérées. C’est une des raisons pour laquelle, a mon sens , il faut se mettre un objectif (journalier en scalping) chiffré pour avoir la force d’arrêter lorsqu’il est atteint. Cet objectif doit être facilement atteignable mais pas trop tout de même. Le choix de l’objectif est donc une question délicate, qui doit prendre en compte des facteurs environnementaux (capital pour taille de position, marché, stratégie etc….) et des facteurs psychologiques et émotionnels ( combien suis je capable d’encaisser pour travailler avec force sans trop puiser dans mes réserves)
        Il n’y a évidemment aucune réponse standard a ces questions; en pratiquant, on apprends a se connaître.

        Lex;
        de toute façon, c’est tellement simple de publier de P/L bidons!! Qui est honnête, qui ne l’est pas;personnellement, je ne m’attarde pas sur cette question. Il peut y avoir des gens honnêtes et compétents qui donnent de mauvais conseils pour nous en particuliers, et des charlatans qui vont tomber juste, par chance!
        Dans cette activité, chacun doit se trouver soit même, je ne pense pas qu’il soit bons de trop écouter les autres. on peut (doit???) être curieux et ouverts mais se créer des certitudes sur notre méthode de travail qui est un socle solide sur lequel on doit s’appuyer.

      2. Certes. Comme Franck d’ykarius.fr me le faisait remarquer, il faudrait publier des comptes audités.

        Ceci dit, il me paraît plus probable de tomber sur un charlatan qui ne publie pas de résultats et qui se fait passer pour un « trader professionnel, à succès et généreux », que sur des résultats truqués. D’ailleurs quand les gens publient leurs résultats, généralement ils ne sont pas aussi bons que ceux auxquels on a tendance à s’attendre.

        Enfin, il est toujours bon de rappeler que d’après le QAIB (Quantitative Analysis of Investor Behavior), l’investisseur moyen en actions en 2011 a fait en moyenne 7.85 % de moins que le S&P 500. C’est sûrement pire sur le Forex compte tenu de l’effet de levier !

        Lex

      3. J’ai oublié de répondre ton dernier point sur lequel je suis tout à fait d’accord. Ne se baser que sur son travail, c’est ce que j’ai appris dans mon job. Nous lisons beaucoup d’articles de recherche et répliquons les résultats des études intéressantes avant de les considérer « valides ». Avec le temps, c’est ça qui nous donne confiance dans nos méthodes et nos systèmes.

      4. Bravo, Sovanna Sek ! 🙂

        Le PnL, en tant que trader c’est votre meilleur ami, celui qui brise vos illusions et vous maintient dans la réalité. Vous pouvez lui mentir sur le court terme, mais si vous travaillez mal il le découvrira et vous le dira. Si vous prenez trop de risques, il sera hystérique. Pas assez de risques ? Il s’ennuiera. Si vous tradez trop, il s’essouflera.

  2. cela ne change pas grand chose, on va avoir une réussite insolente parce que que on est bien dans sa tête, on est phase avec le marché, de plus celui-ci nous est favorable avec notre méthode et puis boom la gamelle le doute qui s’installe, on se sent impuissant car le marché ne nous donne plus les conditions pour trader, c’est comme un sportif qui se fait un claquage parce qu’il pousse trop son corps dans l’effort comme le trader qui prend plus de risque car il en veux toujours plus

    par contre monsieur Lex faire la chasse au charlatan est une perte de temps, nul n’est parfait dans se monde il y a des trader génial qui on fini sur la pailles, la réussite en France est toujours suspecte a tel point qu’il vaux mieux passer pour un loser

    je ne publierais jamais mes résultats, a par peut être ceux de mon screener pour montré son efficacité, mais c’est plus dans le but de partagé le résultats de mes recherches

  3. caro ,se fixer des objectifs réalistes, est pour moi une preuve de maturité, l’une des raisons du pourquoi si peu parviennent a faire mieux que le marché c’est leur manque de rigueur, si j’avais été plus rigoureux cette année j’aurais gagner plus, mais tout le monde a ces démons intérieurs, le jours ou on s’en débarrasse on a fait un pas de géant

    1. Merci Sam,
      je n’ai absolument pas la prétention de mettre débarrassée de tout mes démons, et je fais une grande distinction entre l’être que je suis, la mère, la femme, l’amie; et ma pratique de trading. Le but étant de ramener , en travaillant, le moins possible de ce que nous sommes, et le plus possibles de comportements propices a la réussite. Comme un genre d’automatisation de nos réactions pour arriver a un maximum de rationalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *